Login to your account

Username *
Password *
Remember Me

Tribune Libre accordée à Bernard BEAUZAMY, Fondateur de la Société de Calcul Mathématique SA : « Epidémie de Coronavirus COVID-19, Analyse critique des mesures prises et Recommandations »

Bernard BEAUZAMY, Fondateur de la Société de Calcul Mathématique SA Bernard BEAUZAMY, Fondateur de la Société de Calcul Mathématique SA

Aujourd’hui, la Société de Calcul Mathématique SA, nous livre en avant-première, sa nouvelle étude intitulée « Epidémie de Coronavirus COVID-19, Analyse critique des mesures prises et Recommandations ». Nous vous invitons à en découvrir les principaux résultats dans cette Tribune Libre que nous accordons à Bernard Beauzamy, Fondateur de la SCMSA. Un document unique qui risque de remettre en cause la plupart de nos idées reçues à propos du Coronavirus COVID-19. Une analyse remarquable à consulter de toute urgence ! 

« 1- Origine de l'épidémie

Le marché local de la ville de Wuhan, capitale de la province de Hubei, en Chine, ville d'un peu moins de 9 millions d'habitants, semble être le point d'origine de l'épidémie du COVID-19, en décembre dernier. Selon Chine Nouvelle, l'agence de presse officielle du gouvernement de la République populaire de Chine, une analyse de 1000 échantillons de séquences de virus prélevés sur des pangolins a permis de mettre en évidence une similitude génomique de 99% entre ces derniers et les virus retrouvés sur des humains atteints de COVID-19.

Très rapidement, ce virus s'est étendu à l'ensemble du globe. La presse annonce des chiffres susceptibles d'effrayer les populations : nombre croissant de personnes infectées, et de personnes décédées. Les dirigeants prennent des mesures de restrictions sociales de plus en plus drastiques.

2- Eléments factuels

Mais comment ces chiffres ont-ils été calculés ? La menace est-elle avérée ? Comment détecte-t-on une contamination et peut-on s'en prémunir ? Voici les derniers chiffres communiqués par le gouvernement français : le 16 mars à 8 h 00, on dénombre, depuis le 24 janvier 2020, 5 423 cas de coronavirus COVID-19 confirmés et 127 décès depuis le début de l'épidémie.

Rappelons, par comparaison, qu'il meurt environ 1 500 personnes par jour en France ; les 127 décès en presque deux mois sont à rapporter aux 80 000 décès de cause naturelle en 53 jours. Si on regarde simplement la courbe de mortalité en France, jour après jour, le coronavirus est indétectable : il est perdu dans les fluctuations statistiques.

Les maladies voisines, le SRAS (en 2002) et le MERS (en 2012), avaient fait respectivement 774 et 449 décès dans le monde, avec un taux de mortalité d’environ 10 à 15 % pour le SRAS et 35% pour le MERS. Ces taux sont beaucoup plus élevés que les 2,5% du COVID-19. La grippe, de son côté, fait tous les ans 10 000 à 15 000 décès en France, sans que personne ne s'en inquiète.

3- Symptômes et dépistage

Les symptômes sont proches de ceux de la grippe saisonnière. Pour le dépistage, le test consiste à prélever un brin d'ARN appartenant au coronavirus SARS-CoV-2 (virus responsable de la maladie COVID-19) en prélevant des cellules nasales profondes à l'aide d'un écouvillon spécifique. D'autres tests (Novacyt, Eurobio Scientific, bioMérieux etc.) sont toujours en demande d'autorisation. Le dépistage est donc complexe.

A la proclamation de la "phase épidémique", on a décidé, en France, de ne plus tester systématiquement les patients : cela "conduirait à saturer la filière de dépistage" (site officiel du gouvernement français). Le décompte des cas ne se fonde donc plus uniquement sur les cas diagnostiqués, mais sur des estimations épidémiologiques dont la validité est inconnue.

Selon le ministre de la santé, M. Olivier Véran : "80% des gens ne font pas ou peu de symptômes, donc c'est un virus qui est asymptomatique ou bénin chez l'immense majorité des Français". A l'inverse, et on notera le flou artistique, le Centre Chinois de Contrôle et de Prévention des maladies (CCDC) estime, lors d'une étude réalisée sur 72 314 patients, que le nombre de porteurs asymptomatiques ne dépassait pas 1,2% des cas étudiés.

4- Tranches d'âge

Le coronavirus semble se caractériser par une dangerosité croissante à mesure qu'il infecte des tranches d'âges de plus en plus élevées :

  • aucun décès chez les enfants de moins de 10 ans ;
  • un taux de mortalité avoisinant les 0,2% pour les moins de 40 ans ;
  • ce taux passe à 1,3% chez les 50-59 ans ;
  • 3,6% chez les 60-69 ans ;
  • 8% chez les 70-79 ans ;
  • 14,8% chez les personnes de 80 ans.

Dans cette dernière tranche, il s'agit de taux très élevés, concernant surtout des personnes déjà affaiblies, et parfois même atteintes de maladies chroniques lourdes (troubles cardiaques sérieux et maladies respiratoires sévères, etc.) en raison de leur âge avancé. De ce fait, certains médecins expliquent que le coronavirus est, la plupart du temps, la "maladie de trop", qui tue des personnes à la santé déjà fragile.

5- Traitement

Face à cette menace, il n'existe aucun vaccin et les traitements ne concernent que les symptômes et non la maladie elle-même. Bien que des experts aient avancé un taux de guérison de 98% des personnes infectées par le coronavirus en se basant sur des études épidémiologiques menées en Chine, le site internet gisanddata.maps.arcgis.com, mis au point par l'Université américaine Johns Hopkins, n'a, jusqu'ici, relevé que 12 cas de guérisons avérés sur 5 423 cas en France.

6- Analyse critique

Le tapage médiatique autour de l'épidémie de coronavirus est complètement disproportionné, eu égard à la gravité réelle de la maladie, bien inférieure à celle de la grippe saisonnière. Les mesures prises sont inappropriées :

  • La fermeture des écoles, collèges, lycées, universités, etc. est inutile, puisque la maladie est pratiquement absente, et toujours bénigne, dans ces tranches d'âge ;
  • Elles nuisent gravement à l'économie : certaines entreprises peuvent pratiquer le télétravail, mais pas les entreprises industrielles, encore moins les magasins et les restaurants ;
  • Elles favorisent la paresse : on voit des jeunes gens âgés de 20 ans craindre pour leur vie s'ils viennent au travail. Nés dans la précaution, éduqués dans la médiocrité, ils s'apprêtent à "vivre cachés, prudents, contents, infâmes" (Victor Hugo, La Légende des Siècles, Aymerillot) ;
  • Le confinement favorise la contamination intrafamiliale qui, selon certaines sources, représente plus de la moitié des contaminations ;
  • Il a, sur chaque personne, un effet psychologique pervers : en temps normal, chacun cherche à fréquenter les autres ; c'est une caractéristique de l'espèce humaine. Le confinement, qui l'empêche, est l'analogue d'une prison.

7- Recommandations

Voyons maintenant, eu égard aux chiffres cités plus haut, quelles sont les approches rationnelles.

L'inquiétude, en définitive, ne porte que sur la santé des personnes très âgées et en mauvaise santé. Le confinement est, là aussi, une mauvaise réponse : les grands parents vivent normalement avec les enfants et petits-enfants. On n'imagine pas, dans un pays qui prône la solidarité entre générations, de mettre les vieux hors de la cellule familiale normale.

La solution est donc le développement de centres de gériatrie appropriés, qui auraient vocation à accueillir les populations concernées. Cela soulagerait beaucoup les services d'urgence ordinaires, qui, actuellement, sont surchargés par d'innombrables demandes émanant de personnes qui s'inquiètent pour leur santé. En outre, les chiffres relatifs au Coronavirus étant très faibles (quelques centaines de personnes concernées), de tels services pourraient être rendus opérationnels très rapidement.

La solution porte donc sur une meilleure analyse des données disponibles : plutôt que vouloir infliger à toute la population des mesures inutiles et même dangereuses, mieux identifier les populations "à risque" et prévoir, pour elles seules, les mesures adaptées. »

Bernard BEAUZAMY*

Source : Société de Calcul Mathématique SA

*Bernard BEAUZAMY, est un ancien élève de l'Ecole polytechnique (promotion 1968). En 1976, il obtient un Doctorat d'Etat ès Sciences en mathématiques, sous la direction de Laurent Schwartz. En 1995, il crée son entreprise, la Société de Calcul Mathématique, une entreprise spécialisée dans l’analyse et les probabilités, la théorie des nombres, le traitement du signal et de l'image, la modélisation, le calcul scientifique et l’optimisation.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Dernière modification le mercredi, 29 avril 2020 15:43

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A propos de Secteur-Vert :

Créé en 2010, SecteurVert.com "le site 100% Jardin & Espaces Verts" est LE 1er portail d’information multimédia qui s’adresse non seulement à l'ensemble des professionnels du jardin, du paysage et de la distribution mais aussi à tous les consommateurs ! Une offre éditoriale à 360° unique, complète et originale à la fois pour les :
Utilisateurs Professionnels,
• Distributeurs et Revendeurs,
Jardiniers Amateurs.

 

 

 

5 Sites Web Secteur-Vert !

Vous êtes un utilisateur professionnel du paysage, un distributeur spécialisé jardin-motoculture ou bien un simple particulier passionné de jardinage ?

Les Nouveaux Tweets...

https://t.co/mVlwfOGJVD https://t.co/mPk7J6MZVB
https://t.co/45K4vQAN7s https://t.co/8tLULSFAjt
https://t.co/2RosIKylcD https://t.co/mRguUrPRyg
https://t.co/NHZ0F9Ijoi https://t.co/rEjWJCI8Hn
Follow Secteur Vert on Twitter
Création site internet agence web paris Formation en alternance Commerce de gros desherbant selectif gazon