Login to your account

Username *
Password *
Remember Me

GNIS : La décision du Conseil d’Etat selon laquelle «toute méthode de sélection variétale développée depuis 2001 génère un produit considéré comme OGM» va freiner l’innovation et la compétitivité agricole française

GNIS : La décision du Conseil d’Etat selon laquelle «toute méthode de sélection variétale développée depuis 2001 génère un produit considéré comme OGM» va freiner l’innovation et la compétitivité agricole française © GNIS

Le Conseil d’Etat vient de rendre sa décision concernant les modalités d’application de la directive européenne 2001/18 en droit français. Il entérine le fait que toute méthode de sélection variétale développée depuis 2001 génère un produit considéré comme OGM. Il estime également que certaines techniques antérieures à 2001, dont est issu un nombre important de plantes, peuvent entrer dans le champ d’application de cette règlementation. Sur cette interprétation, le Conseil d’Etat enjoint le gouvernement à adapter la législation française en conséquence dans un délai de six mois.

27 organisations représentatives de la filière agricole prennent acte de cette décision mais attirent l’attention du gouvernement sur les risques générés par cette jurisprudence. Afin d’éviter un coup d’arrêt à l’innovation portée par la sélection variétale qui pourrait s’avérer fatal pour les agriculteurs engagés dans la transition agro-écologique, elles demandent une adaptation rapide de la réglementation européenne.

Sortons d’un débat franco-français qui remet en question l’accès aux méthodes de sélection variétale utiles pour l’agriculture

La décision du Conseil d’Etat était attendue depuis plus d’un an par les filières agricoles et alimentaires. Si elle met fin à un contentieux ciblé, elle soulève de nombreuses interrogations techniques susceptibles d’entraîner une insécurité juridique et un potentiel frein à l’innovation.

Alors que les fondements de la Directive européenne sur les OGM ont près de 30 ans, la science a avancé et permet d’apporter de nouvelles solutions adaptées pour que les filières agricoles et alimentaires puissent relever les nombreux défis auxquels elles font face. En effet, elles attendent beaucoup de la sélection variétale pour répondre à différents enjeux comme l’adaptation des cultures au changement climatique, la réduction des traitements grâce à la résistance aux ravageurs et maladies, l’amélioration des qualités organoleptiques et nutritionnelles, l’offre de matières premières adaptées aux cahiers des charges des industries alimentaires, le développement d’une offre locale tant attendue des consommateurs.

La question est donc de savoir si les acteurs des filières agricoles et agroalimentaires auront accès aux produits développés grâce à ces nouvelles méthodes de sélection, comme c’est déjà le cas dans d’autres parties du Monde.

Il est urgent de faire évoluer une réglementation européenne obsolète

La commission européenne a pris en compte le décalage entre le champ des possibles offert par la sélection variétale et le cadre juridique actuel en initiant deux études d’impact sur le sujet. Les travaux sont lancés, les 27 organisations professionnelles s’en félicitent et sont prêtes à contribuer aux débats.

Dans ce contexte, elles demandent que le gouvernement français préserve un principe d’innovation et mesure les conséquences de la décision du Conseil d’Etat au regard des réflexions européennes qui débutent.

Liste des signataires :

  • AFCA CIAL : Michel LAYUS, Président
  • AGPB : Éric THIROUIN, Président
  • FN3PT : Éric FALLOU, Président
  • AGPM : Daniel PEYRAUBE, Président
  • FNSEA : Christiane LAMBERT, Présidente
  • AGRIDÉES : Damien BONDUELLE, Président
  • ANAMSO : Laurent BOURDIL, Président
  • GNIS : François DESPREZ, Président
  • ARVALIS : Anne-Claire VIAL, Présidente
  • IPTA : Marie-Laure EMPINET
  • CENTRE FRANÇAIS DU RIZ : Bernard
  • CGB : Franck SANDER, Président
  • CSIF : Philippe PONS, Président
  • SNIA : François CHOLAT, Président
  • CTIFL : Jacques ROUCHASSE, Président
  • SYNDICAT DES RIZICULTEURS DE FRANCE ET FILIÈRE : Bernard MAZEL, Président
  • FEDEPOM : Marc MORELLATO, Président
  • TERRES INOVIA : Sébastien WINDSOR, Président
  • FNA : Antoine PISSIER, Président
  • FNAMS : Thomas BOURGEOIS, Président
  • FNPHP : François FELIX, Président
  • FNPSMS : Pierre PAGES, Président
  • FOP : Arnaud ROUSSEAU, Président
  • JA : Samuel VANDAELE, Président
  • LA COOPERATION AGRICOLE : Dominique CHARGE, Président
  • MAZEL, Président
  • TERRES UNIVIA : Antoine HENRION, Président
  • UFS : Claude TABEL, Président

Source : Gnis - Groupement National Interprofessionnel des Semences et plants

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Dernière modification le dimanche, 09 février 2020 01:02

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A propos de Secteur-Vert :

Créé en 2010, SecteurVert.com "le site 100% Jardin & Espaces Verts" est LE 1er portail d’information multimédia qui s’adresse non seulement à l'ensemble des professionnels du jardin, du paysage et de la distribution mais aussi à tous les consommateurs ! Une offre éditoriale à 360° unique, complète et originale à la fois pour les :
Utilisateurs Professionnels,
• Distributeurs et Revendeurs,
Jardiniers Amateurs.

 

 

 

5 Sites Web Secteur-Vert !

Vous êtes un utilisateur professionnel du paysage, un distributeur spécialisé jardin-motoculture ou bien un simple particulier passionné de jardinage ?

Les Nouveaux Tweets...

https://t.co/mVlwfOGJVD https://t.co/mPk7J6MZVB
https://t.co/45K4vQAN7s https://t.co/8tLULSFAjt
https://t.co/2RosIKylcD https://t.co/mRguUrPRyg
https://t.co/NHZ0F9Ijoi https://t.co/rEjWJCI8Hn
Follow Secteur Vert on Twitter
Création site internet agence web paris Formation en alternance Commerce de gros desherbant selectif gazon